Selon nos confrères de l’Observateur qui rapportent l’information dans la parution du week-end, les images ne sont pas belles à voir. Elles renvoient systématiquement à l’esclavage. Une jeune dame à moitié nue, les deux jambes entravées à l’aide d’une chaîne de velo et enfermée dans une chambre. Cette planche photographique prise par les éléments du commissariat central de Louga , a été versée dans le dossier de la dame , N. F. K . qui a attrait son mari devant la barre du Tribunal de Louga pour le délit de mise en danger à la vie d’autrui et de séquestration. Il a été condamné mercredi dernier, par le Tribunal de Louga, à 3 mois ferme.

Malick Sarr gueye