Monsieur Thierno Alassane Sall reconnait que, « dans sa tête de néophyte » et dans « le contexte né des découvertes de pétrole annoncées dans le bloc de Sangomar avec les perspectives des blocs de Cayar et de Saint-Louis, « l’idée lui trottait que le Sénégal aurait à gagner à annuler ce permis » attribué à Petrotim. Comme il le dit si bien, « sans une expertise réelle », sa présence (au ministère) « servait à habiller les décisions préparées par les sociétés pétrolières ». Il note cependant : « de petits faits isolés m’intriguaient de temps à autre, mais pas au point de susciter des investigations poussées ».

Monsieur le ministre, il le fallait avant de parler de ce secteur tout particulier. Pourtant cette inaction ne vous empêche pas aujourd’hui de sortir un livre de 500 pages, intitulé pompeusement : « Le Protocole de l’Elysée, confidences d’un ancien ministre du Pétrole. » Vous consacrez plus de 120 pages de votre pamphlet, le quart, à donc, un secteur, celui de l’hydrocarbure, dont vous assumez la méconnaissance du « néophyte ». Nous allons décortiquer votre argumentaire bâti en grande partie autour des informations que la représentante pays de Tullow Oil, Mme Awa Ndongo fourni à travers une lettre de dénonciation et aussi, à l’occasion d’un passage devant l’Ofnac (Office national de lutte contre la fraude et la corruption). Cette dame avait réussi, à travers ses dires et écrits, à faire croire qu’il y avait de la fraude dans l’octroi de deux contrats de recherche partage de production (Crpp) d’hydrocarbures portant sur les blocs de l’Offshore profond nord sénégalais à Cayar et Saint-Louis.
Ignorant tout de la marche d’un secteur dont vous aviez la charge et n’entendant que ce que vous vouliez bien entendre, par paresse aussi, vous vous jetez à pieds joints dans ce « piège » que la représentante de Tullow, a tendu à toute l’opinion sénégalaise. Et vous prenez la paternité « des informations cruciales » consignées dans la lettre de dénonciation de l’octroi des blocs Offshore profond de Cayar et Saint Louis ! Pour vous, « Aly Ngouille Ndiaye reçoit de la compagnie Tullow une correspondance dénonçant des pratiques sordides qui lui auraient coûté au dernier moment, des permis qu’elle négociait depuis trois ans, (pratiques graves, qui auraient été le fait de ses deux prédécesseurs au département de l’Energie… ». (…)
Sans recul, ni doute méthodique, vous prenez pour argent comptant la théorie du complot montée de toute pièce par la représentante de Tullow Oil en reproduisant in extenso sa lettre. « …Ces quelques lignes sont particulièrement accablantes pour les signataires des Crpp. » Pas d’hésitation devant « des informations en or massif fournies par Tullow ». Dès lors, « ces contrats s’en trouvent définitivement frappés de nullité ». (…)
Monsieur Thierno Alassane Sall prend à son compte les « sous-entendus » de Tullow qui croit que « c’est son refus de s’associer aux malversations qui lui a couté les permis. » (…) Plus loin, il expose un long réquisitoire. « En effet, les renseignements fournis au Président de la République par la lettre de Tullow Oil sont suffisamment graves pour n’envisager une autre option que l’annulation des permis. Sa conclusion fut sans appel. Les informations fournies par Tullow Oil, sont jugées « suffisamment crédibles