Du nouveau dans l’affaire de la supposée sollicitation d’audience formulée auprès du ministre Mansour Faye par Ousmane Sonko, pour une rencontre avec le président Macky Sall.

L’entrée dans la danse de Yakham Mbaye qui prend fait et cause pour le ministre Mansour Faye en diffusant l’audio que Sonko a laissé sur le portable du Magistrat Cheikh Issa Sall qui avait joué les bons offices entre Mansour Faye et Ousmane Sonko remet sur le tapis l’histoire de la fameuse audience.

Responsable politique de l’Apr,  Cheikh Issa Sall a sacrifié Ousmane Sonko avec qui il s’est retrouvé à l’Ena et entretenaient des relations privilégiées. Des enregistrements sonores sont brandis comme menace au mépris de la loi.

Une sale politique

L’actuel directeur de l’Agence de développement municipal (ADM), Cheikh Issa Sall, magistrat de surcroit ne semble pas ignorer la loi. En ce sens que son acte de faire diffuser sans autorisation par une autre personne l’audio qui lui est destiné est répréhensible.

Car, il a heurté l’honorabilité sous l’autel de la politique d’Ousmane Sonko avec qui il entretenait des relations privilégiées.

Le péché de Cheikh Issa Sall est que l’audio que lui a laissé Ousmane Sonko se retrouve entre les mains d’une tierce personne, à l’occurrence Yakham Mbaye, qui n’est nullement concerné dans cette affaire.

Même si l’actuel Directeur du quotidien national : Le Soleil, est fautif, la grande responsabilité revient à Cheik Issa Sall.

Responsable de l’Apr, Cheikh Issa Sall, a déclaré une sale guerre politique sur fonds de délation, à celui qui était jadis son ami de promo à l’Ena. Une bataille politique, sans quartier, au stratagème révolu, mais au mode operandi bien connu sur le landerneau politique Sénégalais.

Ainsi, l’entrée dans la danse de Yakham Mbaye connu de tous sur ses sorties au vitriol contre les adversaires politiques de son mentor de Président, ravive davantage le spectre d’une longue guerre partisane dont la menace de diffusion d’un enregistrement audio sur une prétendue demande d’intervention du leader de Pastef auprès de son «ennemi politique», le Président Macky Sall. Car, qui connait Ousmane Sonko et le Pastef, ils ne se laisseront pas faire contre Yakham Mbaye.

Dans ce jeu de ping-pong, avec la réplique attendue de Sonko, c’est une saison de délations politiques, avec des feuilletons à rebondissement qui risque de se présenter aux Sénégalais.

En livrant Ousmane Sonko à Yakham Mbaye par la diffusion de l’audio, Cheikh Issa Sall n’a-t-il pas mesuré que la politique a souvent une image dévalorisée, parce qu’on y associe les coups bas, les invectives, la violence. Et toutes ces choses négatives réprouvent la morale et l’éthique politique.

Surtout que cette guerre de délation entre hommes politiques est menée avec des armes non conventionnelles. Des enregistrements sonores sont brandis comme menace, parfois au mépris de la loi.

Legrandthies.com avec senegal7