Non seulement il fait son entrée dans le gouvernement mais aussi il coiffe un nouveau département, celui du ministère de l’Artisanat et de la Transformation du secteur informel, créé spécialement pour lui. Gynécologue et accoucheur de renom, Dr Papa Amadou Ndiaye n’est pas un néophyte dans le domaine que lui a confié son leader et chef de l’État, Macky Sall. Il est même un homme du sérail. Puisqu’il était dans ce secteur à travers l’installation de plusieurs plateformes de transformation céréalière, rapporte L’As, dans sa livraison de ce lundi, 2 novembre.

Sorti major de sa promotion en 1993, il a été assistant, chef de clinique à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD). Avant cela, il a fait ses études élémentaires à la Base aérienne de Thiès, avant d’intégrer le Collège Sacré Cœur puis le Lycée Saïdou Nourou Tall. Après deux ans de service à l’UCAD, il a choisi de rejoindre le privé, en s’installant à Thiès, comme premier cabinet privé spécialisé en Gynécologie. Dans ce sillage, il a également installé un deuxième cabinet à Touba.

Selon lui, il se sent à l’aise dans ses nouvelles fonctions. Car dit-il, repris par le journal, il a toujours choisi de travailler avec les jeunes et les femmes. C’est dans ce cadre qu’il a eu à accompagner les groupements de femmes dans toute la cité du rail à travers des sessions de formation mais aussi l’installation de plateformes de transformation de céréales locales.

C’est pour les besoins de la mise en œuvre de cette stratégie qu’il a initié l’Association des caisses de crédit, d’entraide et de solidarité (ACCES), dans tout le département de Thiès, et même à Touba.

A l’en croire, le Sénégal produit beaucoup mais pèche dans la transformation. Il s’y ajoute la nécessité d’impulser un véritable changement des mentalités pour tourner résolument vers le consommer local et l’autosuffisance alimentaire.

Pour Dr Papa Amadou Ndiaye, le soutien effectif du secteur informel qui enrôle plus de 95% des bras est aussi important car étant un secteur très dynamique qui peut jouer un rôle de tout premier plan dans la lutte contre le sous-emploi et par ricochet contre l’émigration irrégulière.

Il était jusqu’ici président du Conseil d’administration du Fonds de garantie des investissements prioritaires (FONGIP). Fidèle compagnon du président Macky Sall depuis 2012, il a été de tous les combats politiques du régime.

En 2015, à Thiès, il avait pris l’initiative de rapprocher les différents responsables de l’Alliance pour la République (APR, parti au pouvoir), minés par des querelles de leadership.