Le journal libération a levé un coin du voile sur les raisons du « clash » supposé entre Mimy  et le président de la République.

A en croire nos confrères, le départ d’Aminata Touré de la présidence du Conseil économique, social et environnemental (CESE) relèverait d’une mauvaise gestion. Ils révèlent également qu’elle a été limogée en même temps que l’agent comptable particulier (ACP) du CESE. Dans ses révélations, le journal précise que, si le chef de l’État l’a limogée sans craindre qu’elle se révolte, c’est parce qu’il détiendrait des «bombes» sur l’ex-ministre de la Justice.