En politique, dit-on souvent, aucun acte n’est anodin. La nomination du leader de Rewmi Idrissa Seck à la tête du Conseil Economique Social et Environnemental (Cese), aura eu la particularité d’impulser une nouvelle recomposition, au sein du landerneau politique national. La grande famille libérale teste sa nouvelle majorité et projette de régner 50 ans. L’opposition elle, tarde à comprendre la bipolarité à l’Américaine qui se prépare avec minutie.

La reconstitution de la grande famille libérale jadis théorisée par le président Wade fait du chemin avec la nomination du leader de Rewmi à la tête du Conseil Economique Social et Environnemental (Cese) selon nos confrères de Sénégal 7 .

L’enjeu  aura été de taille puisque les statistiques de la présidentielle de 2019 restent péremptoires. Macky Sall a remporté le scrutin avec un score de  58,27 % et Idrissa Seck arrivé deuxième a obtenu un score de 20,50 %.

Le cumul de ces deux scores offre une moyenne de 78,77% des suffrages de nos compatriotes. Du coup, la majorité présidentielle que d’aucuns mettaient en doute avec l’usure du temps et les errements du pouvoir, s’est drastiquement revigorée à la faveur de celui qui a initié la « marche bleue » ayant consacré la victoire de Wade en 2000.

Macky en fin manœuvrier, sait d’où il vient et où il va.Il a en effet réussi à tirer de son chapeau une grosse pointure dont la seule évocation de son nom fait mouche. L’opposition incarnée aujourd’hui par Ousmane Sonko doit se réveiller et se faire une religion de ce qui se trame sous ses yeux. l’heure est grave  pour elle.

On lui impose une bipolarisation à l’Américaine, elle doit y faire face par une stratégie d’envergure nationale. Les « Républicains » dirigés par Macky renforcent leur majorité,  les « démocrates » et leur chef de file Ousmane Sonko sont donc tenus de taire leurs querelles et de mettre sur pied un cadre apte à contrebalancer la grande famille libérale en orbite. Que l’opposition le veuille ou non, Macky a impulsé une nette bipolarisation dans une logique de la conservation du pouvoir.