BARTHÉLEMY DIAS

 

«nous avons été invités par un compatriote sénégalais à bien vouloir fumer le calumet de la paix»

 

«Je voudrais dire que nous sommes des Sénégalais. En tant que fils de ce pays, nous avons été invités par un compatriote sénégalais à bien vouloir fumer le calumet de la paix. Je pense qu’au Sénégal, tout de même, il n’est pas interdit à des individus de surcroit des responsables politiques, de se réconcilier» , indique Diaz fils .

 

Me MOUSSA DIOP

 

«Il n’y a pas d’alliance politique. C’est archifaux, la rumeur selon laquelle j’intègre le Pastef»

 

«Ce qui s’est passé hier (avant-hier) n’est qu’une médiation d’Ousmane Sonko qui a permis aux deux parties de se rapprocher et de mettre fin à leur différend. Le reste, il n’y a aucune alliance politique et à chaque fois que la nation aura besoin de ses fils, nous serons là. Il faut que cela soit clair, il n’y a pas d’alliance politique. C’est archifaux, la rumeur selon laquelle j’intègre le Pastef».

 

Par ailleurs le procès qui devait être explosif de diffamation et d’injures qui opposait le maire de Mermoz-Sacré-Cœur, Barthélemy Dias à Me Moussa Diop, n’aura plus lieu. Me Moussa Diop, qui s’est désisté de son action, avait servi une citation directe au maire socialiste, avant qu’ils n’enterrent la hache de guerre. Conséquence : l’action publique a été éteinte. Pour motiver sa demande, Me Bamba Cissé qui a évoqué l’article 169 du code de procédure pénale, dira : «le désistement de la partie civile éteint l’action publique. En matière de diffamation et d’injures, la partie civile a plus de pouvoir que le parquet». La robe noire est suivie par son confrère Me Ousseynou Fall, conseil de Barthélemy Dias, qui n’a pas manqué d’enflammer sa plaidoirie comme à l’accoutumée, alors que les parties sont d’un commun accord dans la logique d’apaisement de ce différend. «Ce désistement de la partie civile ne signifie pas pour nous une bouffée d’oxygène. Dans cette affaire de diffamation, il faut que l’opinion sache que mon client n’allait pas être jugé, car une plainte contre Moussa Diop pour escroquerie et détournement de deniers publics a été déposée. Il faut que l’opinion sache que nous ne sommes pas à l’origine de cette poignée de main», a martelé Me Fall, qui était un peu sorti de ses gonds. Me Bamba Cissé l’a alors arrêté, l’invitant à respecter la volonté des protagonistes. Les nerfs commençant à s’échauffer, le juge a suspendu l’audience. A la reprise, la robe noire a été rappelée à l’ordre par ses confrères et son client. Plus calme, Me Fall a adhéré à cette cause d’apaisement et a salué la réconciliation des deux parties. C’est à l’issue de cela que le juge qui s’est lui aussi réjoui du dénouement heureux de cette affaire 3 fois renvoyée, a prononcé l’extinction de l’action publique, en vertu des dispositions de l’art 619. A la tombée de cette décision, Barthélemy Dias et Me Moussa Diop se sont serré la main avant de prendre congé de la salle 3 du tribunal de Dakar, où se tenait leur procès.

Avec actunet.net