La dépouille mortelle d’un homme d’un âge avancé est bloquée dans la plus grande discrétion au niveau de la morgue, située à côté de la grande mosquée de Touba. Pour cause, le  » Dahira Moukhadimatoul khidma  » , chargé de gérer certains lieux de culte à Touba, aurait été mis au parfum que le corps du défunt présentait des lésions où des blessures visibles. Le constat a été fait au moment de la toilette mortuaire. L’homme, qui habite dans un quartier périphérique, aurait perdu la vie dans des circonstances suspectes et troublantes. Ainsi , le  » Dahira Moukhadimatoul khidma  » a avisé les forces de l’ordre. La gendarmerie, qui s’est saisie du dossier , a ouvert une enquête pour élucider les véritables circonstances de la mort du vieil homme même si la thèse du suicide ou du meurtre n’est pas écartée.