Dans les locaux de la Sûreté urbaine ( Su ) depuis le lundi 8 février 2021 , ces jeunes manifestants, partisans du leader de Pastef – Les Patriotes, dont le défèrement est prévu aujourd’hui jeudi, voient leur avenir accroché à la décision du maître des poursuites. Poursuivis pour les délits de participation à une manifestation non autorisée, troubles à l’ordre public, destruction de biens publics et privés, incendie criminel, violence à agents dans l’exercice de ses fonctions, les mis en cause ne seront pas tous logés à la même enseigne. Selon le journal l’Observateur qui rapporte l’information, ce sera au parquet de déterminer s’il fourrera tout le monde dans le même sac ou s’il prendra le soin de poursuivre les mis en cause, selon les actes posés. Si la piste de l’instruction est visée, l’avenir risque d’etre sombre pour certains des manifestants. Une quinzaine de la partie civile a été entendue hier mercredi, par les enquêteurs.