Selon L’AS, malgré la verdure qui constitue ce décor de la zone du Technopole, se cache une toute autre réalité. Cette réserve naturelle nichée entre les départements de Dakar, de Pikine et de Guédiawaye est gangrenée par une spéculation foncière en plus d’être un repaire pour les criminels. Face à cette situation, les autorités, qui protègent cet espace, peaufinent des stratégies pour inscrire le site sur la liste de la convention de Ramsar des zones humides d’importance internationale. Au moins , 80 infractions de différents types comme les remblais de terres ont été notées dans la zone . Et un peu plus de 40 sommations d’arrêt de construction ont été émises. Ces promoteurs immobiliers se sont emparés petit à petit de la zone pour y ériger des édifices. En plus, des entreprises comme Clean Oil, ccbm et khelcom Bâches détenaient des titres fonciers dans cette zone classée.