Selon l’Observateur, quand il s’agit du crime de viol, le certificat médical et les tests gynécologiques sont les plus courants. Le certificat médical détermine si l’accusatrice a eu des conjonctions sexuelles pouvant être imputées à l’accusé. En revanche, toujours dans les sources du journal l’Observateur attestent que le médecin légiste – un gynécologue pour cette agression sexuelle présumée – ne peut pas constater un viol. 《 Quand le médecin est saisi dans de pareilles situations, il donne simplement un avis technique. Mais il n’est pas en mesure de dire de manière péremptoire, qu’il y a viol ou qu’il s’agit d’un rapport sexuel consenti. Il dit juste qu’il y a eu acte sexuel》. Le médecin requis, révèlent – elles, a conclu à 《 des déchirures anciennes 》 sur la masseuse qui accuse le leader de Pastef de viols répétés. En d’autres termes, le certificat médical révèle simplement que Adji Sarr a eu à faire des rapports sexuels dans le passé. 《 cette conclusion, explique – t – on , ne conforme nullement la thèse du viol. Mais elle ne l’écarte pas …》