Visiblement les étudiants apéristes n’ont pas apprécié la visite de Sonko, à l’université Cheikh Anta Diop (Ucad), pour être au chevet de ses partisans blessés lors des récents affrontements, “dans un contexte de pandémie“. Selon les étudiants du Mouvement des élèves et étudiants républicains, le leader de Pastef “est à la recherche de la sympathie des universitaires“. Une quête qui, selon eux, “ne sera pas fructueuse“.

Face à la presse cet après-midi, après la visite de Sonko à l’UCAD, les étudiants du MEER ont fustigé ce qu’il qualifie de “victimisation” du leader de PASTEF qui, selon eux, cherche la sympathie des étudiants.

“Demande aux autorités…“

“Le député Ousmane Sonko est venu à l’université. Nous ne connaissons pas les raisons. En tant que structure politique, nous demandons aux autorités sénégalaises, à l’administration du COUD de prendre les dispositions nécessaires. Un citoyen sénégalais qui a des problèmes avec la justice et qui devait répondre à l’Assemblée nationale est là, en train de perturber la quiétude des étudiants“, souligne Emmanuel Sène, membre du mouvement des élèves et étudiants républicains (MEER).

Le porte-parole du jour prend, vu la pandémie qui sévit au Sénégal, et “particulièrement” au temple du savoir, dit regretter “le rassemblement noté” lors de la venue du “Patriote”.

Menace…

“Maintenant, s’il veut venir dans un terrain politique, nous répondrons avec des moyens politiques. Etant des républicains, nous n’accepterons pas que cette personne qui est dans une situation que nous ne comprenons pas, vienne à l’université déranger les étudiants, ça ne passera pas… Et s’il revient à l’université, il nous aura en face de lui. Au lieu d’aller répondre à la justice après les accusations de Adji Sarr, il cherche à rebondir à l’université“, poursuit M. Sène.

“Nous pouvions perturber sa venue…“

“Et connaissant la situation de Covid que nous vivons et connaissant les efforts que l’autorité est en train de faire dans la sensibilisation contre la maladie, nous ne pouvons pas permettre à une personne de venir ici rassembler les gens, chercher je ne sais quoi… Nous pouvions bel et bien perturber la venue de Ousmane Sonko mais nous ne lui donnerons pas l’occasion de se victimiser… Quand on a demandé comment il a fait pour entrer, on nous a dit qu’il y a accédé camouflé. Mais nous tenons à prévenir l’opinion nationale que nous ne permettrons plus à Sonko de venir déranger les étudiants…“