Le coordonnateur national du Forum Civil, Birahim Seck a effectué hier, une visite sur les puits de gaz de Ngadiaga, village situé dans la commune de Notto Gouye Diama, département de Tivaouane. Accompagné du coordonnateur régional, Alioune Babou, il s’est rendu enquéri de la situation et a invité l’Etat sénégalais à faire respecter à Fortesa ses engagements.

Le coordonnateur national du Forum Civil, Birahim Seck s’est rendu hier , à Ngadiaga. L’objectif de cette visite, selon le coordonnateur du Forum civil est de permettre aux populations d’étaler leurs doléances devant les medias mais également d’évoquer les difficultés qu’elles rencontrent avec ces puits de gaz. 《 L’ objet fondamental de cette visite c’était de pouvoir leur donner la parole afin que l’entreprise qui exploite ces puits de gaz revient à la raison ou qu’elle soit raisonnée par l’Etat pour respecter tous les engagements 》 , a plaidé Birahim Seck. Il a invité à l’entreprise à respecter les normes juridiques de la RSE, l’environnement et permettre les collectivités locales qui sont dans cette zone de bénéficier des fonds qui sont prévus par la loi. Il a fait remarquer que 《 depuis longtemps les populations n’ont reçu aucun soutien de l’entreprise Fortesa de façon formelle 》 . Pour lui , 《 il est temps que ces genres de situation cessent au niveau du pays 》 , s’est – t – il indigné. Pour ce défenseur des droits humains, 《 Les entreprises ne peuvent pas venir exploitées les ressources naturelles et se tirer avec des bénéfices laisser les populations dans la pauvreté et la misère 》 , a – t – il avancé. Avant d’interpeller le ministre en charge des Mines de 《 prendre les dispositions pour que des contrats et des protocoles puissent exister. De même, que les autorités en charge des énergies, des hydrocarbures de ne pas laisser trop de profit aux entreprises aux détriments des communautés qui vivent dans la précarité au niveau de Ngadiaga. Pour sa part , le coordonnateur du collectif pour le développement de Ngadiaga, Massamba Gadiaga juge nécessaire que la cohabitation entre fortesa et les populations est très difficile qui et 《 honteuse 》 . Depuis l’installation de cette entreprise et l’exploitation de ces ressources énergétiques, le village vit dans des conditions extrêmement difficiles liées aux effets climatiques, écologiques, etc. Le jeune qui portait la voix des populations lors de cette visite explique 《 La nappe phréatique est souillée par les produits toxiques surtout le sel. Ils utilisent beaucoup de sel quand ils ont en train de forer leurs puits de gaz. Ce sel va continuer avec le nappe d’eau qui est actuellement souillé 》 , a – t – il déploré. Au cours de cette visite, les populations, particulièrement les jeunes ont dénoncé le manque criard d’eau dans cette zone, l’absence totale des infrastructures sanitaires et celles éducatives alors que la localité regorge beaucoup de potentialités économiques et géographiques. La visite a pris fin avec un forum qui a permis aux populations de lancer un cri de coeur pour que fortesa leur donne leur part de la mane financière tirée du sous – sol de leurs champs pour les sortir de cette précarité.
Malick Sarr Gueye