Comment préserver notre PATRIMOINE immatériel ?
Comment passer d’un pays PAUVRE très endetté à un pays ÉMERGENT?

De SENGHOR à MACKY. 4 slogans majeurs, 4 trajectoires et 4 styles différents.

SENGHOR : en 2000, Dakar sera comme Paris.
DIOUF : Rien ne sera plus comme avant.
WADE : Travailler, encore travailler, toujours travailler.
MACKY : la patrie avant le parti.

A l’heure du bilan, les présidents Senghor et Diouf ont eu un bilan immatériel apprécié surtout avec la consolidation de l’état nation et un bilan matériel mitigé avec un retard dans la réalisation d’infrastructures.

Wade et Macky ont un bilan matériel consolidé surtout en termes de réalisation d’infrastructures mais un bilan immatériel mitigé en termes de valeurs.

SÉNÉGAL, une des exceptions en Afrique.
Un état nation stable qui n’a jamais connu de coup d’état, de guerre civile, de tribalisme violent et qui a connu 2 alternances démocratiques.

PRÉSIDENT LÉOPOLD SEDAR SENGHOR :. Grand littéraire, homme d’État doublé d’homme politique qui a consolidé le patrimoine immatériel ( dialogue inter et intra religieux, inter-ethnique, cousinage à plaisanterie..
Il n’a jamais affiché son appartenance religieuse et ethnique dans la conduite des affaires de l’état
Il fut plus un homme de culture qu’un bâtisseur.

PRÉSIDENT ABDOU DIOUF : Administrateur civil, homme d’état doublé d’homme politique qui a suivi les traces de son prédécesseur .
Grand serviteur de l’état avec un sens élevé de la responsabilité.
Rigueur et austérité dans la gestion des affaires publiques avec surtout les plans d’ajustement structurel.

PRÉSIDENT ABDOULAYE WADE : Homme politique, économiste libéral.
Ruptures profondes : politisation à outrance de l’administration, appartenance confrérique affichée à outrance , construction d’infrastructures et destruction de valeurs , corruption accrue, enrichissement illicite, banalisation institutions..

PRÉSIDENT MACKY SALL : Homme politique, scientifique pragmatique.
Volonté de rupture.
Gros slogans à l’entame : la patrie avant le parti, la gouvernance sobre et vertueuse.
Dans la réalité, sur les traces de son prédécesseur et mentor ,pas de rupture profonde : bâtisseur d’infrastructures et crise de valeurs accrue, les partis et alliés avant la patrie, le recul de l’état de droit et de certains principes démocratiques, l’impunité, les discours identitaires..

 

RESPONSABILITÉ ET RÔLE DES MÉDIAS.

Les médias d’état très professionnels du reste ont joué un grand rôle dans l’accès à l’information des citoyens bien avant l’avènement des médias privés.
Cependant ils ont toujours été au service du régime en place , ce qui a posé toujours l’égal accès des citoyens et surtout des hommes politiques à ces médias d’état.

Les médias privés surtout classiques ont beaucoup contribué à la démocratisation de l’accès à l’information et de la liberté d’expression, à l’éveil de la conscience citoyenne, à la consolidation de notre patrimoine immatériel, de notre vivre ensemble, à la pacification de l’espace public ..

Que la presse soit plus libre, plus indépendante, non partisane et qu’elle soit guidée par les principes de déontologie et d’éthique.

Cependant il urge de réguler le traitement et le partage de l’information surtout à travers les réseaux sociaux pour préserver notre patrimoine immatériel, gage de stabilité, de paix et de cohésion sociale.

RÔLE ET RESPONSABILITÉ DES ACTEURS POLITIQUES

Évitons à travers certains discours identitaires violents et irresponsables de toucher la lame de fond dans un contexte géopolitique, géostratégique, sécuritaire, socio-économique déterminant pour notre pays avec l’exploitation future des hydrocarbures source de malédiction dans beaucoup de pays.

Pour le Sénégal , nous le souhaitons et l’espérons ce sera une bénédiction pourvu que le sens de la responsabilité individuelle et collective et l’intérêt supérieur de la nation priment sur les intérêts partisans et les ambitions personnelles.

Que l’ambition de conserver ou de conquérir le pouvoir de part et d’autre, pouvoir comme opposition ne mette pas en péril l’avenir du pays.

Que cette accalmie relativement précaire suite à l’intervention des religieux et autres médiateurs sociaux se traduise en un climat d’apaisement sincère et durable dans le respect de l’état de droit et des principes républicains.
Que le pouvoir et ses alliés ne soient pas dans une logique de revanche et que l’opposition et ses alliés ne soient pas dans une logique triomphaliste.
Le peuple sénégalais est à la fois vainqueur et vaincu avec son lot de morts et les multiples conséquences
engendrées par les derniers événements.
Que le respect du calendrier électoral et des règles du jeu avec des élections libres, transparentes et apaisées puissent être la voie légale et légitime pour exercer le pouvoir au nom du peuple souverain.

RÔLE ET RESPONSABILITÉ DES RELIGIEUX, DE LA SOCIÉTÉ CIVILE..

Ils doivent garder leur equidistance et jouer pleinement leurs rôles de contre -pouvoir sans être contre le pouvoir ou l’opposition, ni avec le pouvoir et l’opposition.
Que leurs interventions surtout celle des religieux sur le champ politique soient mieux encadrées voire même institutionnalisées à terme.

POUR LA JEUNESSE.

Que l’éducation aux valeurs et à la citoyenneté soit systématisée surtout à travers les curricula.
Que les parents assument leur responsabilité au niveau de la cellule de base familiale.
Que des politiques et des solutions structurelles soient trouvées pour réduire le chômage endémique et le sous emploi des jeunes.

Enfin, que notre souveraineté politique, économique, financière soit reconquise .
Que la bonne gouvernance dans toutes ses dimensions, l’exemplarité surtout des dirigeants ( patriotisme, intégrité, compétence) , la restauration de l’état de droit, la séparation et l’équilibre des pouvoirs soient effectives pour changer de paradigme et passer d’un pays pauvre très endetté ( loin d’être une fatalité) à un pays émergent et prospére.

Abdoul Aziz Diop acteur société civile