Selon L’ÉVIDENCE, accusée par les éleveurs de la commune de Nguékokh de spoliation foncière portant sur 10 hectares , la ministre du Pétrole et des Énergies a rejeté en bloc ces accusations. Aïssatou sophie Gladima, qui intervenait le week-end dernier à Mbour en marge de la réunion de restitution de l’enquête sur l’ employabilité des jeunes, a précisé n’avoir jamais été demandeuse. Elle tient pour uniques responsables de cette polémique les autorités du conseil rural de Nguéniène d’alors qui avaient choisi le site qui lui avait été attribué.