Le président du Conseil national de la jeunesse du Sénégal ( CNJS ) , Khadim Diop, a déploré, hier à Diamniadio, l’insuffisante prise en compte de la  » Voix des préoccupations  » des jeunes dans l’élaboration et la mise en oeuvre des dispositifs pour l’emploi et l’insertion en faveur de cette couche de la population. S’exprimant lors du Conseil présidentiel pour l’emploi et l’insertion des jeunes, Mr Diop a invité l’Etat à appliquer la charte africaine de la jeunesse que le Sénégal a ratifiée depuis 2019 . Selon le président du CNJS, les marchands ambulants, les conducteurs de motos – Jakarta, les câbleurs , les ouvriers agricoles, les maçons, les femmes de ménage, les techniciens de surface ne bénéficient pas souvent d’un encadrement technique et financier des projets et programmes pour l’employabilité et l’insertion des jeunes. Il a relevé en outre l’insuffisance d’équité et d’égalité des chances dans le processus de recrutement au niveau de la fonction publique, la faible industrialisation de l’économie, la faible exploitation du potentiel des métiers innovants du numérique par l’Etat, entre autres. Khadim Diop a déploré également le manque d’information fiable et l’absence d’interlocuteur dans la mise en oeuvre des projets et programmes de lutte contre le chômage des jeunes dans les instances de prise de décisions.