L’Etat du Sénégal ne peut rien faire face à la hausse notée actuellement sur les prix de l’huile et de la viande . C’est en substance l’aveu du ministre du Commerce Aminata Assome Diatta qui était en visite à la Fiara. 《 Il y a de cela quelques semaines, il y a eu une hausse de l’aliment de bétail. Et naturellement, cette hausse se répercute sur le prix de la viande 》 , déclare – t – elle. S’agissant de l’huile, elle précise que c’est celle en fût et en dossette qui fait l’objet d’encadrement, et pas l’huile en bidon par exemple. 《 Quand on parle de denrée de première nécessité, on pense au riz non parfumé ordinaire, on pense à l’huile en fût, à l’huile en dosette, à l’eau, l’électricité 》 , énumère – t – elle. Pour les autres produits, par contre , ils ne font pas l’objet d’un encadrement, ils ne sont pas véritablement nécessaires à la survie. Autrement dit, dans un pays comme le Sénégal où le commerce est libre , chaque vendeur fixe ses prix . 《 Quand le commerçant vend cette huile en détail, on ne peut lui appliquer la moindre sanction 》 , soutient – elle .