Le collectif des médecins, pharmaciens, chirurgiens – dentistes en spécialisation au Sénégal ( COMES ) a décidé hier de reconduire sa grève pour 72 h renouvelables. Lors d’un point de presse tenu hier à l’hôpital Aristide Le Dantec, les médecins en spécialisation ont créé leur colère contre le ministre de la Santé qui n’a pas su répondre à leurs préoccupations. Très déterminés, les grévistes, réclament le paiement des bourses et des allocations de stage rural, une effectivité de la prise en charge médicale , une rémunération des gardes, entre autres doléances. 《 il est dit dans les textes que , dans les recettes de l’hôpital, les 25 % doivent être partagés entre les acteurs qui créent ces ressources. Qui font plus de ressources que nous les DES ( Docteur d’État en Médecine ) dans les hôpitaux ? Nous constituons 80 % en termes de médecins dans nos hôpitaux. Et pourtant, les 25 % sont partagés entre professeurs, assistants, docteurs, médecins, infirmiers, brancardiers, vigiles. Le médecin en spécialisation est considéré comme un simple étudiant 》 , a asséné le président du collectif, Dr Mbaye Sène. Une situation que lui et ses camarades ne comptent plus accepter. A la place, Sène et Cie exigent 《 respect et considération 》 de la part de la tutelle. Dans ce sillage, le collectif demande l’adoption d’un statut pour le médecin en spécialisation. 《 Parce que sans ce statut, on ne peut pas , aujourd’hui, résoudre certains problèmes notamment la question du congé de maternité. Comment pouvez – vous imposer à une femme médecin qui est enceinte de venir continuer ses activités de pratiques hospitalières pendant les neuf mois ? Nous disons non. C’est inhumain 》 , ont martelé les grévistes .