Qui s’y frotte s’y pique, semble dire Ousmane Sonko pour qui Ziguinchor est et reste sa chasse gardée. 《 J’appelle toutes les autorités religieuses de la Casamance à élever la voix pour annihiler ces pratiques de violence 》 , a d’emblée dit le leader du parti Pastef / Les Patriotes. Face à la presse, hier , il s’est voulu on ne peut plus catégorique: 《 On est à 4 mois des élections et les gens commencent à annoncer les couleurs. Je préviens que ce qui s’est passé hier nous ne l’accepterons plus ou alors les conséquences seront désastreuses pour lui ( Ndlr : Doudou kâ, directeur de l’Aibd ) et son équipe et j’invoquerai la légitime défense. Je suis un homme de paix et j’invoque la paix 》 . Avant de mettre en garde ses adversaires politiques en ces termes : 《 Et je dis , seul celui qui veut se suicider décide de m’attaquer à Ziguinchor. Sans quoi, il lui sera difficile de revenir à Ziguinchor parce qu’il aura en face une population. Je ne fais que calmer mes partisans depuis ce matin. Je préviens que c’est la dernière fois que nous acceptons ces attaques, sans quoi adviendra que pourra 》 . Ousmane Sonko n’a pas manqué de dénoncer l’attitude de la police dans cet incident qui a vu trois de ses militants blessés.